banner presse

Présentation du candidat, de sa vision, de ses engagements et de son programme

 

LE FOKONOLONA AU CŒUR DES ACTIONS DE LA MAIRIE

Antananarivo devra être le berceau d’un nouvel art de vivre à la malagasy, empreint de fihavanana, de respect et du besoin de vivre ensemble.

Cette communauté urbaine sera fondée sur le fokontany, socle traditionnel de notre société.

Le fokontany dans son état actuel ne répond pas aux exigences d’une gestion rationnelle administrative et financière. De par sa structure bicéphale, il évolue dans un univers mal délimité et mal organisé. Cette situation doit être clarifiée pour que le projet de société de la ville soit mené de manière efficace, responsable et pérenne.

Le renouveau d’Antananarivo ne peut être l’œuvre d’une seule personne. Il nécessite un élan commun autour du Maire.

Il est essentiel de rétablir la solidarité entre toutes les composantes de la communauté.

Solidarité entre les générations : Les jeunes, les parents et les plus âgés réapprendront à vivre ensemble, dans le respect du fihavanana, de notre culture et de la loi. Chacun trouvera sa place dans notre société. Chacun assumera ses responsabilités afin que tous trouvent place, devoir et dignité.

En particulier les Zokiolona qui sont aujourd’hui relégués à des places indignes de notre culture, indignes de leur âge, indignes de ce qu’ils nous ont apporté. Nous avons le devoir de les intégrer dans la vie de nos fokontany.

Au sein du fokonolona se discuteront tous les problèmes, les projets et les décisions touchant le fokontany. Un comité des sages constitué de représentants des Zokiolona sera partie prenante des réflexions.

Solidarité entre les éléments du fokonolona : La mixité socioculturelle devra être préservée pour renforcer la solidarité. Une attention particulière sera portée à la conception et à l’architecture des logements et des cités sociales.

Solidarité entre dirigeants et administrés : La mairie doit s’appuyer sur le fokontany dans ses prises de décisions. Le fokontany sera le garant de l’exécution et le responsable financier des activités qui le concerne.

 

 

8 CONVENTION


 
1
AMELIORER ET PROMOUVOIR LE BIEN ETRE DE LA POPULATION

 

 

Compte tenu des besoins immenses de la population,le programme sera prioritairement axé sur le social.


La priorité sera d’améliorer progressivement les conditions de vie des citoyens,en priorisant l’accès aux services de base que la population est en droit d’exiger :

- L’accès à l’eau potable,aux WC,aux douches publiques et aux lavoirs
- La salubrité publique,la gestion des ordures et l’assainissement liquide
- L’éclairage public
- L’accès aux services de santé de proximité
- Le soutien à une éducation profitable aux enfants de la Commune
- Le renforcement de la sécurité.


L’assainissement des finances de la Commune permettra de cofinancer des travaux en HIMO confiés aux RF2 pour l’entretien des quartiers, la redistribution de revenu et la responsabilisation des fokontany.

 

Appui social

  • Multiplier les CAS (Centres d'Accès aux Services) et élargir leurs activités à l’accueil des victimes de violences.
  • Mettre en place un centre d’accueil de nuit pour les sans-abris.
  • Réinsérer les sans-abris en partenariat avec le centre AKAMASOA et UNICEF.
  • Doter chaque arrondissement d’un centre d’accueil d’urgence des enfants maltraités et des femmes victimes de violence.
  • Mettre en place un programme d’accompagnement social pour les enfants maltraités.
  • Mettre en place un programme pilote pour la création d’une crèche publique.
  • Faciliter l’accès des personnes en situation d’handicap dans les bâtiments de la Commune.
  • Mettre en place des cantines pour les Zokiolona.
  • Multiplier les « hotely zazakely » pour les enfants de moins de 6 ans.

 

 

 

 

« Nous devons réapprendre à vivre ensemble et changer notre façon de penser en reconstruisant l'espoir et la vie que nous méritons »

Enseignement

  • Réhabiliter aux normes et équiper les EPP de la ville.
  • Mettre en place dans les EPP une cantine scolaire aux normes respectant les apports nutritifs.
  • Mettre en place des cours de rattrapage et d’éducation civique avec les enseignants et les retraités.
  • Fournir des espaces d’étude éclairés, connectés et sécurisés pour les devoirs et les cours du soir dans des quartiers sélectionnés.
  • Fournir des tablettes pour les salles d’étude, numériser les manuels scolaires et les cours ludiques d’éducation civique.

Santé de proximité

    • Réhabiliter et équiper dans les normes les 4 CSB II de la CUA.
    • Construire de nouveaux CSB II dans les deux arrondissements dépourvus.
    • Réhabiliter les dentisteries du BMH et de la caserne des pompiers qui ont été abandonnées.
    • Rénover la maternité de la Commune à Namontana pour accueillir les mères démunies.
    • Élargir les activités des CSB II.
    • Acquérir un camion sanitaire mobile équipé pour des consultations de proximité et en cas de gestion decatastrophes.
    • Acquérir des ambulances municipales pour une évacuation à moindre coût.
    • Assurer les besoins en médicaments et consommables nécessaires au bon fonctionnement des CSB II.
    • Promouvoir la mutuelle de Santé Communautaire accessible aux défavorisés (ex : Community Based Integrated Health Program, Couverture de santé universelle).
    • Assurer les visites médicales de proximité des élèves dans les EPP.

BMH

Application effective du code Municipal d'Hygiène portant :

    • Hygiène Urbaine
            o Police sanitaire
            o Salubrité publique
            o Sécurité publique
            o Tranquillité publique
    • Épidémiologie
    • Prophylaxie
            o Désinfection, dératisation, désinsectisation, décanisation
            o Prise en charge en cas de maladie à déclaration obligatoire
            o Alerte et riposte en cas d'épidémie en collaboration avec le Ministère de la santé
            o Mettre en place un programme de médecine préventive pour lutter contre les épidémies saisonnières (peste, choléra, rage...)
    • Décès
            o Vérification des décès à domicile
            o Gestion du cimetière d'Anjanahary
            o Contrôle des pompes funèbres

 

Améliorer l'accessibilité à l'eau potable, l’hygiène et l'assainissement

Infrastructures sanitaires

    • Construire des blocs sanitaires, des bassins-lavoirs et bornes fontaines
    • Doter chaque EPP de toilettes aux normes.
    • Installer des toilettes mobiles là où l’espace ne le permet pas.
    • Rendre gratuit l’accès aux toilettes publiques et assurer leur entretien quotidien en partenariat avec les fokontany/associations.
    • Multiplier les forages alimentant des citernes pour desservir plusieurs bornes fontaines.
    • Créer des châteaux d’eau dans les zones stratégiques de la Commune avec des systèmes de récupération d’eau de pluie.
    • Collaborer avec les ministères concernés et les partenaires techniques et financiers.
    • Mettre en place une structure pérenne pour assurer la gestion et la maintenance des biens communautaires en fonction du code de l'eau.
    • Promouvoir l’appropriation communautaire des biens publics.
    • Administrer le prix de vente de l’eau aux bornes fontaines.
    • Éduquer les élèves des EPP sur les bonnes pratiques en hygiène corporelle et les gestes écologiques pour une consommation responsable.

Assainissement liquide : eaux usées et eau de pluie

  • Préciser les responsabilités des intervenants :
    o Canaux primaires : APIPA (Andriantany)
    o Canaux secondaires : SAMVA
          (Evacuation des canaux primaires)
    o Canaux tertiaires (CUA/fokontany)
  • Transformer en bassin de rétention, avec
    phytofiltration, toutes les retenues d’eau
    improductives.
  • Rétablir les circuits d’évacuation et d’assainissement
    des canaux au niveau des fokontany.

 

 

Boues de vidange

  • Règlementer le métier de vidangeur de boue de
    latrine (Mpaka-tay).
  • Multiplier les stations de traitement existantes
    (biodigesteur) pour l’éclairage public et le gaz
    domestique (biogaz).

 

 

Hygiène

  • Informer sur les lois et les réglementations en vigueur
    relatives à l’hygiène urbaine.
  • Éduquer les citoyens pour un changement de
    comportement.
  • Mobiliser tous les échelons et appliquer les
    sanctions.
  • Exiger l’exemplarité de tout le personnel de la CUA.

 

Gestion des ordures et des déchets ménagers
Nettoyages rues, ruelles, trottoirs, caniveaux

    • Responsabiliser chaque foyer, chaque magasin, chaque entreprise sur l’obligation de nettoyage devant sa porte et sa devanture.
    • La CUA doit avoir la responsabilité de la SAMVA.
    • Restructurer le RF2 pour en faire un département spécifique de la CUA.
    • Réorganiser le programme de collecte d’ordures à travers le RF2.
    • Cofinancer le salaire des RF2 par le fokontany et la CUA.
    • Renforcer l’effectif des RF2 par un programme en HIMO financé par la Commune.
    • Interdire à moyen terme l’introduction et l’utilisation de sacs et sachets plastiques dans le Grand Tana.
    • Déployer les agents municipaux « assermentés » qui circuleront dans les quartiers pour vérifier la propreté des cours et des ruelles.
    • Réprimer sévèrement les dépôts sauvages.

 

    • Multiplier les sites de dépôts primaires (bacs RF2) et intermédiaires (bacs à ordures).
    • Faire respecter les horaires de dépôts d’ordure dans les bacs.
    • Mettre en place un système de ramassage et de transport d’ordure efficace.
    • Appliquer les règles d’hygiène de boucheries et de poissonneries.
    • Mettre en place dans chaque centre commercial un système de tri pour la récupération de piles usagées, de lampes usagées, de matières plastiques et rechercher des partenariats pour leur recyclage.
    • Inciter les gargotiers informels à se formaliser et à respecter les normes d’hygiènes.
    • Mettre en place un projet de valorisation de déchets pour la production d’électricité.
    • Lancer un programme de recyclage des déchets de matières plastiques (en
      collaboration avec des ONG et Associations).
    • Mettre en place, en PPP avec les Industriels, un site de dépôts de déchets industriels.

 

 

 

 

 

Assurer la sécurité et la tranquillité publique

Sécurité

  • Éclairer les rues et ruelles.
  • Mettre en place des systèmes innovants d'éclairage solaire urbain.
  • Mettre en place un protocole d'accord avec la JIRAMA pour définir les responsabilités.
  • Installer de nouveaux poteaux aux normes anti-vandalisme.
  • Recenser les ampoules défaillantes, procéder aux achats et en collaboration avec la JIRAMA, procéder au changement des ampoules défaillantes.
  • Responsabiliser chaque fokontany pour la sécurisation des biens publics dans leur zone.
  • Mettre en place des postes avancés (police nationale).
  • Collaborer avec la Police Nationale, notamment par la mise en place de brigades mixtes motorisées.
  • Installer des portails de sécurité dans les zones à risque en collaboration avec les fokontany.
  • Mettre en place des caméras de surveillance dans les zones à risque.
  • Mettre en place un poste de contrôle municipal pour surveiller la circulation et les zones à risque.
  • Former et renforcer les Ressources humaines et Logistiques de la Police Municipale.
  • Mettre en place un système de communication accessible à la population aux fins de signalement (Numéro VERT).
  • Appliquer les textes réglementaires concernant les ventes de boissons alcoolisées en dehors des lieux autorisés et réservés.


Tranquillité publique

  • Prendre des mesures face aux bruits dérangeant la tranquillité publique
          o Tapage nocturne et diurne
          o Appareils et dispositifs de diffusion sonore (chants, moteur, outils métalliques...)
  • Application stricte des horaires d'ouvertures des bars et karaoké.

Protection civile et gestion de catastrophes naturelles

  • Doter les casernes de Pompiers de nouveaux camions d’incendie.
  • Créer de nouvelles casernes dans les arrondissements non couverts (2 ème 4 ème , et 5 ème arrondissements)
  • Réhabiliter et démultiplier les bouches d’incendies.
  • Mettre en place une brigade motorisée avec des extincteurs pour les interventions d’urgence.
  • Renforcer la capacité de la population en matière de résilience lors des catastrophes naturelles (cyclone, inondation, tremblement de terre...).
  • Créer une école municipale de sapeurs-pompiers pouvant accueillir les sapeurs-pompiers des autres villes et les volontaires.

 

Changement des mentalités

Changement des mentalités et éducation civique

  • Mettre en exergue l’exemplarité des dirigeants (manière d’être).
  • Lutter contre l’incivisme (manque de respects, non-respect des lois et règlements, non-assistance aux personnes en danger).
  • Relancer le programme d'éducation civique dans les écoles publiques.
  • Concevoir et appuyer un mouvement citoyen de lutte contre l'incivisme.
  • Créer un Corps de Volontaires multisectoriel de la CUA (dans le but de renforcer les corps de métier de la Commune : sapeur-pompier, inspecteur d’hygiène, secourisme, sécurité civile etc...).
  • Collaborer avec les ONG, les PTF et les associations de quartiers d'arrondissement, en partenariat avec le Ministère de l’Éducation Nationale et le Ministère de la Culture et la Communication pour la mobilisation citoyenne.
  • Redémarrer la radio et la télévision de la CUA.
 
2
LUTTE CONTRE LA CORRUPTION, PROMOTION DE LA BONNE GOUVERNANCE ET DE LA TRANSPARENCE DANS LA GESTION COMMUNALE

 

 

La corruption gangrène le quotidien de nos concitoyens, sur tout, partout et tout le temps. Les plus démunis en sont les principales victimes. La lutte contre cette corruption généralisée sera donc un des piliers de la gestion de la ville.
Elle sera rigoureuse et impartiale : zéro tolérance. Elle nécessitera l’adhésion de tous pour sécuriser les citoyens dans leurs démarches administratives et pour rétablir la confiance entre les élus et les administrés. Les comptes de la Commune seront transparents, publics et audités.

 

 

 

 

LUTTE CONTRE LA CORRUPTION, BONNE GOUVERNANCE ET TRANSPARENCE DANS LA GESTION COMMUNALE

    • Mettre en place des procédures transparentes de contrôle, d’audit et de vérification des finances.
    • Obtenir le quitus du Conseil Municipal et quitus du Ministère des Finances.
      Demande d’appui de la cour des comptes pour les redressements à mener.
    • Transparence :
              Mise en place d'une politique de communication
              Manuel de procédures du service concerné
              Tableau d'affichage des noms des responsables
              Guichet unique pour tout acte financier
              Standard de service
    • Équité :
              Temps de gestion du dossier affiché
              Boite à idées
    • Redevabilité :
              Information et appui sur toutes les demandes
              Créer une division pour réception des plaintes écrites auprès du chef de service ou autres
    • Toutes directions pouvant octroyer une autorisation un permis une place de marché...etc., doivent subir un contrôle périodique par un service rattaché au niveau central.

 

 

    • Élaborer un programme de communication sur le rôle et les responsabilités de la CUA et de chaque citoyen.
    • Doter d’outils efficaces de travail les bureaux administratifs de chaque arrondissements (ordinateurs, photocopieuse, scanner ...).
    • Mettre en place une base de données de la Commune (copies, actes de naissance, résidences,
      identité numérique...).
    • Relier en réseau intranet et internet les données informatiques de chaque arrondissement de la CUA.
    • Installer un système informatisé de gestion de file d’attente dans les bureaux administratifs publics (ex : i laharana).
    • Améliorer la cellule anti-corruption de la commune : Accord avec le Bianco et Transparency
      International Initiative Madagascar.
    • Audit des comptes par l’IGE.
    • Mettre en place une cellule de communication (centre d’appel) pour recevoir les doléances des citoyens face à la corruption dont ils auraient été victime au sein de la CUA.
    • Intégration des plaintes pour corruption et autres insatisfactions des usagers dans le système
      d’amélioration de la gestion de la CUA.
 
3
LE PETIT COMMERCE, PILIER DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE DE LA VILLE

 

 

Le petit commerce doit être soutenu et accompagné puisqu’il permet à de très nombreux foyers de vivre. Cependant, il doit être réorganisé et formalisé. La régularisation du secteur informel est un fondement de la justice sociale et
économique. Les commerçants bénéficieront des droits que leur confèrent les textes, en particulier la pérennité de leur activité. Citoyens économiques, ils ont des devoirs envers la société.

Chacun devra retrouver sa place dans l’espace public. La rue appartient aux véhicules, les trottoirs aux piétons et les marchés aux marchands. Il est de la responsabilité de la Commune d’étendre et d’organiser les marchés, de réparer les trottoirs et les chaussées. Les « tsenampokotany » sécurisés sont un des axes de promotion du commerce de proximité et de cohésion sociale.

La commune aura pour mission de mettre en place un accueil et soutien (incubateur) aux jeunes startups pour créer leurs entreprises, de promouvoir l’entreprenariat vert et l’entreprenariat technologique.

 

 

LE PETIT COMMERCE, PILIER DU
DÉVELOPPEMENT ECONOMIQUE DE LA VILLE

Formaliser les marchands ambulants (trottoir et voies)

  • Formaliser les petits métiers à travers l’octroi de cartes professionnelles pour chaque métier, et promouvoir un
    encadrement de base pour chaque métier (Brocanteur, gargotier, marchands de brèdes...).
  • Renforcer les associations de marchands et améliorer leur communication avec la CUA.
  • Rehausser quelques marchés et créer des parkings en dessous.
  • Rendre piétonne une partie des rues pendant les jours de marché.
  • Sensibiliser les marchands sur la propreté, le ramassage et le dépôt des ordures dans les poubelles, ainsi que l’évacuation des eaux usées.
  • Réprimer systématiquement les fournisseurs des marchands ambulants.
  • Effectuer un inventaire et un recensement des marchands.

 

 

 

 

Créer des zones marchandes respectant les normes

  • Moderniser les marchés de fokontany.
  • Créer des kiosques aux normes regroupés par métier.
  • Faciliter l’organisation des occupants et les responsabiliser.
  • Créer des centres commerciaux ou marchés à étage spécialisés.
  • Allouer des emplacements spécialement dédiés à la vente de véhicule d’occasion
  • Mettre dans certains points de la ville des hauts parleurs notamment dans les marchés

 

 

Développer l'esprit entrepreneurial des marchands

    • Mettre en place le statut de commerçant formel et revoir le système d’imposition,
    • Former et assister les commerçants à la comptabilité minimale
    • Informer et former sur les règlements et le respect des règles
    • Mutualiser les formations à l'entreprenariat
    • Sensibiliser les marchands sur le respect du bien commun et de l’intérêt commun
    • Participer aux travaux de réhabilitation /entretiens
    • Organiser les flux de productions et de personnes avec les autres villes pour maximiser les
      synergies.
    • Sensibiliser les marchands maraichers sur les valeurs des légumes Biologiques.

 

L'ENTREPRENEURIAT ACTEUR DU DÉVELOPPEMENT

    • Programmes de Pépinières d’entreprise Communale (Incubateur) :
            o Formation professionnelle en partenariat avec la CCIA
            o Formation à l’entreprenariat
            o Accès au financement
            o Services d’aide au développement des entreprises
            o Formalisation (Secrétariat commun et centre de gestion comptable)
            o Promouvoir la formation de clubs et d’associations d’entrepreneurs en tant qu’organisations d’entraide.
    • Programmes spécifiquement destinés aux jeunes femmes et aux jeunes
    • Intégrer les aspects du travail décent.
    • Promouvoir l’état d’esprit entrepreneurial
    • Promouvoir l’employabilité des Jeunes Tananariviens (18 à 35 ans)

 

 

  • Promouvoir la culture entrepreneuriale dans les écoles :
          o Activités pré-entrepreneuriales et compétitions en milieu scolaire.
          o Sponsoriser, organiser ou arbitrer des compétitions de jeunes entrepreneurs.
          o Former les écoliers au numérique.
  • Encourager les partenariats avec les organisations d’employeurs :
          o Proposer des services de mentorat et de conseil.
          o Offrir une expérience du travail et des possibilités de formation en cours d’emploi.
          o Partage d’expériences avec les jeunes entrepreneurs.
  • Encourager l’entreprenariat digital en créant une maison communale high-tech

 

 

 

 
4
LUTTE CONTRE
LES EMBOUTEILLAGES

 

 

La Commune a le devoir d’optimiser la gestion des transports urbains dans la ville d’Antananarivo. La fluidité de la circulation est tributaire de la discipline qui devra s’appliquer à tous les conducteurs de la ville, mais aussi aux piétons.

La lutte contre la corruption au niveau des agents verbalisateurs est indispensable pour une application stricte des règles du code de la route.

Des parkings seront créés et réorganisés et le stationnement sera réglementé.

Antananarivo ne sera plus la ville des embouteillages qui étouffe sous les gaz d’échappement des véhicules.

 

 

 

Renforcer la lutte contre la corruption dans le milieu de la circulation urbaine

    • Mettre en place une brigade de contrôle des policiers (Police des Polices)
    • Renforcer la formation de la Police Municipale contre la corruption.
    • En partenariat avec le BIANCO, mettre en place un centre d’appel (Ligne verte anti- corruption) pour la réception des doléances des citoyens victimes ou témoin d’une forme de corruption.
    • Mettre en place des caméras de surveillance de la circulation.
    • Augmenter le montant des amendes et motiver les verbalisateurs.
    • Moderniser et numériser le système de verbalisation.
    • Confier la procédure de la Visite Technique Automobile à la DGSR (Direction Générale de la Sécurité Routière) et affecter l’OMAVET à d’autres fonctions.

Optimisation de la gestion des files d’attente dans les abris-bus

    • Optimiser l’installation d’abribus dans des zones dégagées et éloignées des carrefours.
    • Créer une file dédiée et prioritaire pour les personnes âgées, les femmes enceintes et les handicapés.
    • Rappeler et renforcer les sanctions encourues pour le non-respect du couloir d'arrêt par les conducteurs de bus.
    • Mettre en place un partenariat entre la CUA et les gestionnaires d'espaces publicitaires (exploiter les abribus comme espaces publicitaires).

Réduire les embouteillages

    • Réorganiser les flux de circulation des véhicules. (Nouveau plan de circulation)
    • Encadrer rigoureusement la circulation par l’application stricto sensu du Code de la route.
    • Mettre en place un certificat de conduite moto (respect du code de la route).
    • Mettre en place une brigade mobile de circulation (en scooter) dotée de taquet d’arrêt, composée d'un agent de police nationale et un agent de police municipale.
    • Doter la CUA de véhicules d’enlèvement.
    • Faire respecter les textes relatifs à la puissance et aux spécificités techniques des motocyclettes et scooter (sécurité, respect des spécifications, respect des catégories de permis de conduire).
    • Restaurer les signalétiques de circulation (panneaux de signalisation et marquage au sol).
    • Créer des stationnements alternés sur certains axes.
    • Améliorer les parkings existants et créer de nouveaux parkings (à étage).
    • Assurer la permanence des transports publics en soirée (19h à 21h).
    • Améliorer le système de contraventions et d’amendes,
    • Créer de nouvelles fourrières.
    • Mettre en place des « casses ».
    • Faire respecter les horaires d’utilisation des véhicules à traction humaine.
    • Autoriser uniquement des charrettes à bande de roulement pneumatique.
    • Mettre en place, quand c’est possible, des voies de circulation dédiées aux charretiers et aux pousse-pousse.
    • Créer des pistes cyclables pour inciter les citadins à utiliser des vélos au lieu de véhicules à moteur.
    • Mettre en place de nouveaux projets de transport urbain (tram, téléphérique, trains de banlieue...).
    • Promouvoir le concept du transport fluvial sur les voies navigables.
    • Former les taximen et les conducteurs de bus sur le savoir-être et le savoir-vivre.
    • Rétablir les « capacités » permettant d’être chauffeur de Taxi ou de bus.

Rappeler et renforcer les règles et codes de la circulation automobile en
vigueur (Automobilistes, motocyclistes et les cyclistes)

    • Sensibiliser sur le respect des piétons et des passages zébrés.
    • Interdire le stationnement sur les trottoirs.
    • Inciter les automobilistes à laisser un passage entre deux files pour les motos/scooters.
    • Appliquer progressivement les normes anti-pollution à respecter lors de la visite technique.
    • Sensibiliser les taxi-moto à la formalisation de leurs activités à travers l’octroi de cartes professionnelles.

 

 
5
LE SPORT ET LES LOISIRS, VECTEURS DE LA COHESION SOCIALE DES JEUNES

 

 

Une jeunesse en bonne santé, préservée des tentations de la drogue et de la boisson alcoolisée, bien éduquée et formée constitue la première richesse d’une société. Il faut leur donner les moyens de s’épanouir à travers le sport et les activités intellectuelles saines pour promouvoir la cohésion et la mixité sociale.


La mobilisation des associations, la relance des compétitions sportives et intellectuelles scolaires créeront un esprit d’émulation saine, nécessaire au développement des jeunes.
Le programme permettra de susciter l’adhésion des jeunes à une vision nationale fière et forte.


La Commune mettra un accent particulier dans la réhabilitation et le développement de ses infrastructures sportives qui sont délabrées.

 

 

Mettre en place des structures
sportives et de loisirs

  • Créer des centres de loisirs dans les fokontany
  • Multiplier les terrains de sport dans les fokontany
  • Créer des maisons des jeunes dans les fokontany autour des centres de loisirs et des infrastructures sportives
  • Exploiter le sport de masse comme vecteur de cohésion et de compétition

Encourager la participationdes associations de jeunesse aux rencontres régionales et nationales (Ny tanora no voromaherin’Iarivo)

  • Organiser des tournois entre les associations
  • Sensibiliser les associations sur les méfaits des substances addictives.

Relancer les compétitions sportives des écoles
primaires et secondaires

  • Organiser des tournois inter-établissements en concertation avec le Ministère de la Jeunesse et
    des Sports.

 

Concevoir et élaborer des programmes de
communication, d’information et de
sensibilisation en faveur des jeunes

  • Créer un programme audiovisuel dédié aux jeunes et à la promotion de la jeunesse pour une diffusion à l’échelle communale

 
6
ANTANANARIVO
VILLE VERTE

 

 

Antananarivo souffre du manque de verdure. Antananarivo souffre du manque d’espaces verts. Antananarivo souffre de la pollution.

La Commune va créer des espaces verts partout où cela sera possible. La population pourra jouir de plus de verdure dans les quartiers et dans les grands parcs qu’il faudra réhabiliter.

Tous les terrains de la Commune en dehors du centre-ville seront reboisés grâce à la réhabilitation des pépinières et des arboretums communaux laissés à l’abandon.

La collecte des déchets est un préalable à l’assainissement de la ville. Le recyclage des déchets est une ressource qui doit permettre la production d’une énergie verte et propre pour l’éclairage de la ville. 

 

 

Multiplier, créer et entretenir de nouveaux espaces verts

  • Créer de nouveaux espaces verts, parcs botaniques et jardins publics.
  • Etablir un partenariat avec les entreprises, Clubs de services pour la création et l’entretien des espaces
    verts urbains.
  • Accorder en priorité l'entretien et le jardinage des espaces verts aux sans emplois et aux nécessiteux.
  • Promouvoir des programmes de création de pépinières florales et arboricoles.

Conforter et appuyer la gestion
du Parc Botanique de
Tsimbazaza

  • Lancer un partenariat avec le Ministère de l’Enseignement Supérieure et de la Recherche
    Scientifique pour la mise en concession du parc botanique de Tsimbazaza.
  • Rendre le parc de Tsimbazaza gratuit pour la partie jardin et laisser payante la partie zoologique.

 

Agriculture périurbaine

  • Programme de contre saison.
  • Jardins potagers (ecoles/foyers).
  • Agriculture verticale.

Appliquer une véritable politique de conservation et de protection des espaces verts existants

  • Renforcer la gestion/entretien des espaces verts existants.
  • Identifier et fertiliser les futures zones de plantation en centre-ville.
  • Planter plus d’arbres et d’arbrisseaux.
  • Lancer un programme de reforestation des collines d’Analamanga.
  • Assurer le suivi régulier des plantations effectuées.
  • Protéger les bassins versants et les fleuves Vohitsara.
  • Lancer un partenariat avec la SNGF, MNP et le MEF.
  • Réhabiliter le jardin public d'Ambohijatovo.
  • Reconquérir l’Ikopa et la Mamba pour préserver les écologies des rivières des exploitations sauvages
    actuelles.
  • Réaménager les bords du canal Andriantany et en faire des espaces verts. Aménager des tronçons
    navigables.

 

 
7
ANTANANARIVO,
CAPITALE CULTURELLE
ET HISTORIQUE

 

 

Antananarivo est la ville des perles architecturales, des ruelles agréables à longer à travers ses vieux quartiers, des points de vue imprenables et de tant d’autres trésors. Elle mérite d’être valorisée d’abord pour notre propre fierté mais aussi pour le tourisme. Une attention particulière sera portée à la préservation, la réhabilitation et à l’exploitation de ce patrimoine unique pour les générations présentes et futures.

La promotion de la culture dans les quartiers à travers les « kianjan’ny fokontany » permettra la valorisation des « hira gasy », du théâtre et de la danse. La Commune procédera à la réhabilitation des « Tranompokonolona » et les affectera à leurs missions d’origine.

 

 

Encourager l’expression de la diversité à travers le
développement des Industries Culturelles et Créatives
(I.C.C)

    • Mettre en place une Politique Culturelle Communale.
    • Établir une base de données des structures culturelles.
    • Normaliser et Labelliser les infrastructures culturelles Municipales et Privées (réf : code d’urbanisme).
    • Créer des centres culturels dans des fokontany stratégiques (ex : proche des grandes écoles).
    • Concevoir des projets médiatiques de promotion de l’histoire culturelle et patrimoniale.
    • Appuyer la lutte contre le piratage des œuvres (volet protections) en collaboration avec l’OMDA et l’OMAPI.
    • Renforcer les partenariats intercommunaux (communes grand Tana) / internationaux- jumelages (volet productions).
    • Valoriser les Festivals portant le nom d’Antananarivo.
    • Organiser des cours d’Arts gratuits pour les EPP des 6 Arrondissements.
    • Appuyer l’ouverture de salles de cinéma, salle polyvalente.

Restauration et protection des espaces de découverte et d’exploitation du patrimoine historique

    • Appuyer le projet de restauration de la haute ville et son inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO.
    • Développer les expositions nationales et internationales dans des locaux /espaces de la Mairie.
    • Mettre en place des partenariats de gestion avec le Ministère de la Communication et de la Culture (ex : Propriété Rainilaiarivony/ Tombeaux...).
    • Harmoniser l’aménagement du territoire communal en se référant à l’histoire de la ville.
    • Intégrer l’Agence d’urbanisme pour le grand Antananarivo (IPAM) dans le projet Gouvernance Urbaine (GUGA) et faire respecter le code d’urbanisme.
    • Recenser les sites historiques par arrondissement.
    • Mettre en place des arrêtés municipaux de protection de zones/ propriétés historiques.
    • Protéger physiquement les sites (pourtour- gardiennages...).
    • Exploiter les sites (visites-goodies-sites web...).
    • Sanctuariser les flancs de Manjakamiadana pour la protection des vallées versants.
    • Préserver la ligne d’horizon de la colline du Rova de  Manjakamiadana.

Promotion des valeurs malagasy dans l’éducation sociétale à travers des foyers culturels et artistiques

    • Développer des œuvres d’arts dans les espaces verts.
    • Réhabiliter et revaloriser la bibliothèque municipale.
    • Réhabiliter les tranon-pokonolona.
    • Réhabiliter les pavillons d’Analakely en tant que patrimoine culturel de la ville.
    • Créer des bibliothèques et des mini-centres culturels de proximité accessibles au plus grand nombre.
    • Mettre en place des bourses et de distinction Municipale pour une Reconnaissance de CITOYENS D’HONNEURS.
    • Développement de la complémentarité du patrimoine immatériel et urbain
    • Remettre tous les panneaux portant les noms de rue.
    • Valoriser le patrimoine immatériel par un recensement des gargotes et petits commerces populaires (sakafo, mozika gasy etc...).
    • Créer une journée du patrimoine pour une visite guidée d’édifices publics: Palais
      d’Ambotsirohitra...
    • Réhabiliter les pavillons d’Analakely en tant que patrimoine culturel de la ville.

 

 
8
PROMOTION DE L’HABITAT DECENT ET REVALORISATION DU PARC IMMOBILIER

 

 

La Commune a le devoir de fournir un logement décent aux populations défavorisées. En partenariat avec le secteur privé et les bailleurs de fonds, un programme social de promotion immobilière sera destiné exclusivement au relogement des plus précaires.

La promotion de l’habitat sera un sujet important dans la politique de la ville et prendra une place centrale dans les négociations avec le gouvernement ainsi qu’avec les promoteurs immobiliers privés.


La Commune participera au financement de l’embellissement de la ville par le biais d’une fiscalité incitative.


La Commune autorisera les branchements des habitations en eau et en électricité, même sans permis de construire, pour inciter ses concitoyens à se régulariser.


A terme, nous construirons une ville propre, sereine et spacieuse où les bidonvilles ainsi que les habitations délabrées feront place à de jolies cités, sécurisées où il fera bon vivre.

 

 

 

PROMOTION DE L’HABITAT DÉCENT ET REVALORISATION DU PARC IMMOBILIER

    • Faire un rappel sur le code d’hygiène de l’obligation de ravalement des immeubles au moins tous les 5 ans.
    • Autoriser les remblais à condition que les assainissements soient prévus ainsi que des bassins de rétention.
    • Pour ceux qui ont déjà remblayé, obligation de mise à niveau de l’assainissement et de l’urbanisme.
    • Recenser les zones périphériques constructibles.
    • Créer des logements sociaux décents.
    • Aménager des voies d’accès aux zones résidentielles à forte densité.
    • Sécuriser la propriété foncière par la régularisation des cadastres.
    • Promouvoir l’accès à l’eau et à l'électricité dans les zones non-desservies mais accessibles par la JIRAMA.
    • Limiter le développement de logements informels.
    • Encadrer et promouvoir le développement de lotissements et de nouvelles zones résidentielles dans les futurs centres suburbains.